Changement climatique – Le Projet Innovacc lancé au Nord

Avec pour objectif d’améliorer la résilience climatique des populations du Nord et l’Extrême Nord du Cameroun, et plus précisément d’augmenter durablement la productivité agro-pastorale et les revenus des ménages ruraux, ainsi que de réduire leur vulnérabilité au vu des enjeux climatiques, le projet Innovation pour l’Adaptation au Changement climatique (INNOVACC) a été lancé à Garoua le 30 juin 2022.

C’était lors d’un atelier d’information et de consultation tenu à l’Hôtel Tour d’Argent de Garoua. C’est une initiative conçue sur la période 2022-2026 et est financée par l’Union européenne. Elle est conduite par un Consortium d’institutions de recherche internationales et nationales, constitué du Centre international de recherche en agroforesterie (ICRAF), du Centre de recherche forestière internationale (CIFOR), du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), de l’Institut de recherche agricole pour le développement (IRAD) et de la Fondation Energies pour le Monde (FONDEM). « L’objectif de cet atelier était de deux ordres. Tout d’abord présenter les composantes du projet aux différentes parties prenantes ; mais aussi et surtout de faire une consultation auprès de ceux-ci pour adapter l’action du projet aux besoins », indique Bertin Takoutsing, responsable du projet.

En effet, cet atelier a connu une grande participation des représentants des services déconcentrés de l’administration publique, des organisations de recherche et de développement international, des autorités traditionnelles et communales, et bien d’autres parties prenantes au projet qui ont été d’un apport important dans les travaux de groupe. C’est un projet qui va s’exécuter dans certaines localités ciblées dans les régions du Nord et Extrême Nord du Cameroun. Selon les précisions faites par Ann Degrande, Coordonnatrice CIFOR-ICRAF Cameroun, « en priorité, sont ciblés six villages pilotes où des besoins de renforcement de la résilience des populations au changement climatique, ont été identifiés». Il s’agit dans la région du Nord de Mayo Ladde, Pintchoumba, Bame et Bang, et à l’Extrême-Nord de Gadas et Douroum.

Par ailleurs, à l’issu de ce projet, les acteurs locaux doivent pouvoir utiliser des outils d’évaluation et prospectives d’adaptation au changement climatique. La diffusion d’informations agroclimatiques et leur utilisation effective dans la prise de décision des agriculteurs et éleveurs ; la disponibilité au niveau local des services basés sur les énergies renouvelables en réponse aux besoins de développement social et économique induits par la démarche d’adaptation au changement climatique et L’amélioration des conditions politiques et institutionnelles permettant aux ménages ruraux d’adopter plus facilement des pratiques climatonages intelligentes pour faire face au changement climatique sont également attendus à la fin de ce projet.

Divine KANANYET

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.