Conflit homme-faune, le ministre Professeur Lee White poursuit les consultations provinciales avec les communautés locales

Le  ministre  des  Eaux  et  Forêts,  de  la  Mer,  de  l’Environnement, chargé  du  Plan  Climat  et  du  Plan  d’Affectation  des  terres,  Prof. Lee  White,  après  s’être  rendu à  Cocobeach  dans le département de la Noya  province  de  l’Estuaire, afin de poursuivre  les  concertations provinciales  sur  la gestion du conflit Homme-Éléphant  (CHE) à Gamba, chef-lieu  du  département de Ndougou dans  la  province de l’Ogooué-Maritime.  

Face à la problématique du conflit homme-faune, le patron des eaux et forêts s’est  entretenu  longuement  avec  l’ensemble  des  populations  de  ladite  région, notamment  celles  de  Sette  Cama  et  de  Mayomani  qui  ont  identifiées  des  méthodes  efficaces et  pérennes  qui,  selon  elles,  pourraient  atténuer  les  conflits  entre  les  hommes  et  les  éléphants parmi  lesquelles : le  renforcement  des  capacités  organisationnelles  des  comités  consultatifs  de gestion  locale  (CCGL)  dans  les  parcs,  la  mise  en  place  de  mécanismes  pour  protéger  les cultures  des  personnes  cultivant  hors  clôture,  l’accompagnement  financier  des  exploitants agricoles  dévastés  par  les  éléphants,  la  formation  et  la  sensibilisation  des  communautés locales  sur  les  techniques  de  protection  des  cultures  contre  les  dégâts  causés  par  les  éléphants, et  le  renforcement  du  dispositif  de  surveillance  de  la  garde  forestière. 

<<Je  suis  votre  porte – parole  sur  cette  problématique  aussi  bien  au  niveau  national  qu’au  niveau  international. Je  m’engage  à  transmettre  vos  recommandations  auprès  du  gouvernement.  Elles  seront  analysées  en  marge  des Assises  Nationales  de  Libreville  afin  de  mettre  en  place  une  stratégie  nationale  de  réduction  du  CHE. Au niveau  international,  nous  allons  mobiliser  la  communauté  internationale  pour  mettre  en  place  des  projets visant  à  réduire  ce  fléau.>>  a  déclaré  le  ministre  des  Eaux  &  Forêts,  Prof.  Lee  White.

Le  CHE  constitue  une  préoccupation  majeure  pour  les  populations  de  Gamba,  dont  le nombre  d’éléphants  est  estimé  à  près  de  5000.  Les  attaques  fréquentes  des  cultures  par  les éléphants  causent  une  perte  considérable  aux  revenus  quotidiens  des  communautés  rurales qui  dépendent  majoritairement  de  l’agriculture. Le  ministre  des  Eaux  et  Forêts  inaugurera dans les tout prochains jours une  barrière  électrique  dans  le  village  de Guiti  Ibatu  situé  à  15  kilomètres  de  Gamba, avant  de  se  rendre  à  Makokou.   

Saint Clair Kengue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *