Flore : les OSC contribuent à une meilleure Gestion des ressources naturelles

Du 24 au 28 août 2020, dans le cadre du projet LandCam dont la mise en œuvre des activités dans le site pilote du septentrion est assurée par l’Alliance Citoyenne pour le Développement et l’Education à l’Environnement (ACEEN) et Action pour le Développement Communautaire (ADC), deux ateliers de renforcement des capacités ont été organisés.

Le cadre juridique de la gouvernance des ressources naturelles, la gestion des conflits, le leadership pour le changement et le statut du défenseur des droits fonciers et environnementaux sont les différents grands axes qui ont meublés  renforce les capacités des acteurs clés du périmètre hydro-agricole de Lagdo, dans la région du Nord.

L’atelier mis en place par l’Actionpour le Développement Communautaire (ADC)a réunis plusieurs acteurs qui interagissent autour du périmètre hydro-agricole de Lagdo (PHAL) . Ce sont notamment, administrations, Mission d’Etudes pour l’Aménagement et le Développement de la Région du Nord (MEADEN), communautés, société civile, etc. Il visait le renforcement des capacités de ces acteurs clés sur le cadre juridique de la gouvernance des ressources naturelles, avec un accent sur les droits et obligations des communautés riveraines du PHAL dans un contexte où le projet de Valorisation des Investissements de la Vallée de la Bénoué (VIVA Bénoué) pointe à l’horizon. Du Sous-préfet de l’arrondissement de Lagdo au comité d’organisation de l’atelier en passant par les sectoriels présents, experts de VIVA Bénoué, les représentants de la MEADEN, les communautés et la société civile, tous étaient unanimes sur l’importance d’un tel cadre de discussion. Saïdou Bouba, Sous-préfet de Lagdo, saluant l’initiative, a rappelé l’importance de telles assises pour la consolidation de la paix et la cohésion sociale dans un arrondissement cosmopolite comme Lagdo de manière générale, et dans les villages Gounougou et Ouro Doukoudjé en particulier. Moïse MBIMBE, Coordonnateur d’Action pour le Développement Communautaire (ADC), se voulant rassurant, a indiqué que l’atelier s’inscrivait dans un processus dont la finalité est de tirer les leçons de la gestion du périmètre irrigué actuel pour limiter les impacts négatifs et les conflits qui pourraient naître de l’aménagement de 10 000 ha supplémentaires par le projet VIVA Bénoué. L’un des résultats majeurs de cet atelier a été la résolution à l’unanimité de créer une plateforme de concertation multi-acteurs qui couvrira l’ensemble de la vallée de la Bénoué ; l’objectif étant d’avoir un cadre de dialogue en vue de concilier les intérêts de tous les acteurs qui dépendent du périmètre actuel ainsi que du périmètre qui sera prochainement aménagé dans le cadre de VIVA Bénoué.

Après la ville de Garoua, c’était autour de Lagdo d’accueillir le second atelier qui réunissait cette fois-ci essentiellement les leaders communautaires des villages Gounougou et Ouro Doukoudjé. Ceux-ci étaient issus de catégories aussi diverses que les éleveurs, agriculteurs, pêcheurs, autorités religieuses et autorités traditionnelles. Cet atelier a permis d’outiller ces derniers sur les mécanismes de gestion des conflits sur les ressources naturelles, le leadership pour le changement et le statut du défenseur des droits fonciers et environnementaux. Forts de 02 jours de formation, les intéressés ont résolu de former un cadre de concertation à l’échelle locale en vue d’une défense collective des droits fonciers et environnementaux de leurs communautés.

Martin Kaleina

1 418 réflexions sur “Flore : les OSC contribuent à une meilleure Gestion des ressources naturelles