Valorisation des ressources fauniques: Le Cameroun amorce les 30% du territoire affecté à la conservation

Plusieurs programmes et projets ont été mis en place et sont en cours d’exécution au Cameroun pour assurer la gestion et la protection des Aires protégées.

Elles sont 30 aires protégées qui recouvrent 8% du territoire Camerounais, en 2016. Les parcs nationaux (75 %) et les réserves de faune (23 %) constituent la majorité des aires protégées du pays, quelques sanctuaires de faune sont également établis. Ce réseau d’aires protégées est complété par 45 Zones d’Intérêts Cynégétiques (ZIC) et 26 Zones d’Intérêt Cynégétique à Gestion Communautaire (ZICGC) couvrant plus de 5,6 millions d’hectares et trois jardins zoologiques (8 ha). Selon la définition camerounaise des aires protégées, le réseau, toutes catégories confondues, couvrirait donc un peu plus de 9 millions d’hectares soit environ 20 % du territoire national.

13 aires protégées disposent de plans d’aménagement et de plans d’affaires qui prennent en compte la gestion managériale et écologique de l’aire. Deux plans d’aménagement ont été élaborés et validés en 2012 pour les parcs nationaux de Boumba Bek et Nki, alors que celui du mont Cameroun a été validé en avril 2015. 04 plans d’aménagement sont en cours d’élaboration (Mpem et Djim, vallée du Mbéré, Douala-Edéa et Mengame). Tous les sites pilotes RAPAC (Réseau des Aires Protégées d’Afrique Centrale) au Cameroun disposent chacun d’un plan d’aménagement. Le plan d’aménagement du parc national de Korup, le plus ancien de tous, est en cours de révision, comme celui de plusieurs autres Aires protégées.

2013, l’Institut National de la Statistique estimait en que le Cameroun avait accueilli un peu plus de 900.000 touristes, dont environ 400.000 étaient entrés par avion. Une partie de ces touristes sont restés dans les grandes villes mais une autre partie, qu’il est bien difficile d’évaluer, ont visité certaines Aires protégées. Celles-ci développent des activités génératrices de revenus non négligeables à travers les droits d’entrée et l’écotourisme. Il s’agit notamment des parcs nationaux aménagés de Waza, Benoué et Bouba Ndjidda dans la partie septentrionale du pays. Toutefois la situation sécuritaire dégradée dans le Nord est à l’origine d’une chute des visites touristiques depuis 2012, en particulier dans le parc de Waza.

Actuellement, le gouvernement s’est engagé dans le développement de plusieurs filières économiques par le biais d’investissements dans les infrastructures et le renforcement des capacités humaines, avec le soutien financier d’un prêt de la Banque mondiale à travers le Projet Compétitivité des Filières de Croissance (PCFC). L’une de ces filières concerne le secteur du tourisme pour lequel le projet prévoit un investissement 8,7 millions de $US d’assistance technique et d’investissements. Le mont Cameroun est l’une des quatre régions ciblées, avec une allocation de 2 millions de $US.

  Carole AMBASSA                       

1 540 réflexions sur “Valorisation des ressources fauniques: Le Cameroun amorce les 30% du territoire affecté à la conservation