Association Fier des Odd : Bernard Gillet, défenseur des Odd

Le Président de l’association de préfiguration du Festival International Éclaté et Régionalisé des Objectifs de Développement Durable (FIER des ODD) Bernard Gillet, a organisé le festival Fier des Odd qui a eu lieu du  23 au 25 septembre dernier. Ce festival a réuni plusieurs membres de la société civile d’Afrique, d’Europe et d’Amérique.   

Pouvez-vous présenter l’association FIER DES ODD ?

L’association de préfiguration du Festival International Éclaté et Régionalisé des Objectifs de Développement Durable est née de plusieurs constats ou indicateurs assez troublants. L’idée est venue en posant la question à des passants dans la rue, des voyageurs dans le tram, le bus ou le train, à des étudiants ou des professeurs à la sortie des universités, des lycées, collèges ou écoles primaires, aux simples citoyens. Moins de 1 % connaissaient les OD. Seul le terme ‘’Développement Durable’’ était connu de quelques-uns. Dans les médias, la pandémie Covid-19 a entièrement occulté toutes les autres questions d’actualité, et même les questions liées au climat, qui n’est que l’un des volets du Développement Durable, et ramené au seul ODD numéro 13 dont la lutte contre les changements climatiques. Même l’ODD n°3, pourtant fortement impacté par la pandémie n’avait droit de cité sur l’ensemble des médias (mainstreams) ou autres. Devons-nous attendre la fin de l’Agenda 2030, pour faire quelque chose, et appeler les simples citoyens, et les élus locaux à se saisir de la question.

Une nouvelle pandémie est arrivée dont on ne sait pas si elle mérite la modification urgente de l’ODD n° 3 « Bonne Santé – Bien-être ». J’ai pris personnellement l’initiative de mettre une pétition en ligne sur cette question, le 16 mai 2020, mais après un démarrage en trombe, 36 signatures en moins d’une heure. Celle-ci a été bloquée malgré les relances jusqu’à ce jour à 71 signatures. Devant cet état de fait, et du manque apparent de volonté des 193 signataires de l’Agenda 2030, le 25 septembre 2015 à New York, de faire connaître leurs engagements sur les 17 Objectifs de Développement Durable et leurs 169 sous-objectifs, j’ai proposé à quelques amis responsables d’ONG (ASEFCE International, MERVEILLES du Monde, Fondation FIDEPE, ONG Wonsminka), acteurs de terrain, de lancer sans attendre, un Festival décentralisé au plus près des populations, sur la thématique des ODD. C’est ce que nous avons fait en créant au cours de l’été 2020, une association de préfiguration du Festival International Éclaté et Régionalisé des ODD.

Pourquoi avoir organisé le festival FIER DES ODD ?

Si l’on peut considérer qu’après et avec le sommet de la Terre de Rio en 1992 et son Agenda 21, les 8 OMD (Objectifs du Millénaire pour le Développement) de 2000 à 2015, un constat sincère de la situation du monde avait été fait. On doit aussi penser que l’Agenda 2030 n’était pas qu’une promesse en l’air. Et comme cela nous concerne tous du local au global (élus communaux, intercommunaux provinciaux, départementaux, régionaux, nationaux, continentaux, établissements d’éducation ou de formation professionnelle continue, universités, conseils économiques, sociaux, environnementaux, chambres consulaires, entrepreneurs, salariés, syndicats, institutions, OSC Organisations de la Société Civile, et simples citoyens), nous devons agir pour le faire connaître, reconnaître et appliquer. L’idée d’un rendez-vous annuel, à un niveau raisonnable d’actions entre la nation et les territoires les plus éloignés ou enclavés que sont les villages, douars ou hameaux, la province ou la région ont été retenues pour arriver à un état des lieux et un bilan annuel sur chacun des 17 ODD, les progrès accomplis d’une année sur l’autre, ou les retards constatés, ainsi que les correctifs à apporter sans attendre. En phase de préfiguration, nous voulions tester les possibles sur deux années. C’est aujourd’hui chose faite, après une première édition avec une bonne vingtaine de participations réunies en moins de trois mois, du 3 juillet 2020 à la date anniversaire de l’Agenda 2030 du 25 septembre 2020.

Qu’est-ce qui a le plus attiré votre attention lors de cette 3ème édition du festival FIER DES ODD 2022 ?

En raison d’une deuxième édition quasiment inexistante en raison des contraintes liées à la pandémie Covid-19, nous espérions au plus une participation d’une centaine d’organisations sur l’ensemble des 193 pays où il était possible d’agir et d’interpeller les gouvernements signataires pour qu’ils informent vraiment et associent tous les acteurs d’un territoire quand ils font quelque chose sur les ODD. Associer et informer tous les acteurs de terrain, et en particulier les Organisations de la Société Civile qui mouillent la chemise au quotidien pour qu’il y ait moins de pauvreté, moins de famine, de problèmes de santé, d’éducation, de genre, de pollution de l’eau, de manque d’énergie propre, plus de paix et de justice, une atténuation des changements climatiques, et tout le reste. Nous avons été surpris par l’engouement porté à cette troisième édition, la croissance rapide du nombre des inscrits, et de la nécessité de reporter la clôture des inscriptions à au moins quatre reprises. Avec les partenaires associés aux inscrits officiels, ce ne sont pas moins de 250 OSC qui ont participé sur le week-end des 23, 24 et 25 septembre 2022. De quoi transformer l’essai, sortir de la préfiguration, et faire rayonner le FIER des ODD sur au moins trois des cinq continents à l’instar de Afrique, Amérique, Europe.

 Quels sont les personnes cibles ? Pourquoi ?

Compte-tenu de l’ignorance quasi absolue de ce qu’est l’Agenda 2030, les 17 Objectifs de Développement Durable et leurs 169 sous objectifs, nous ciblons absolument toutes les couches de la population, les décideurs et élus (locaux, provinciaux, régionaux, nationaux), les enseignants et éducateurs, les artisans, les commerçants, les agriculteurs, les usagers des transports individuels et collectifs et les professionnels de santé, etc. Par la communication, l’éducation, le sport et la culture, nous privilégions les personnes cibles que sont avant tout les jeunes scolaires et universitaires, les filles et les femmes, et plus généralement toute la jeunesse des villes et des campagnes, car c’est par eux que l’information remontera dans les familles et d’un point de vue comportemental et de l’évolution des consciences permettra que l’Agenda 2030 donne un bien meilleur résultat que celui atteint par les 8 OMD de 2000 à 2015.

Depuis la création de l’association jusqu’à ce jour qu’est-ce qui est fait ?

Nous avons eu une croissance ralentie par la pandémie Covid-19, pendant une quinzaine de mois, mais avec une troisième édition exceptionnelle, et avec de nouveaux venus tout aussi exceptionnels, nous allons pouvoir finaliser comme prévu, au terme de deux ans nos organes statutaires et programmer sans attendre des formations-actions tout au long de la nouvelle année qui s’ouvre pour nous d’un festival à l’autre.

Êtes-vous soutenu par les institutions (gouvernement ou nation unie) de tutelle ?

Pour le moment, nous n’avons pas vraiment de soutiens. Mais notre participation au Global Week des Nations Unies du 16 au 25 septembre 2022, changera peut-être la donne pour la prochaine édition. La richesse des événements de la troisième édition, et la communication exemplaire qui a été réalisée depuis plus de deux mois par notre Secrétaire Général Marc ROTGÉ, grâce à Afrik Environnement notamment, devraient ouvrir une certaine voie au changement, et aux soutiens que nous devrions avoir, car nous réalisons ici, en grande partie, le travail de ceux qui ne l’ont pas fait, ou très mal fait jusqu’à maintenant.

Qu’est ce qui est prévue dans les jours à venir ?

Pour les prochains jours, il sera question de faire collectivement le bilan de cette troisième édition, évaluer lucidement là où nous avons rater le coche, préparer une Assemblée Générale Extraordinaire en ligne compte-tenu de nos objectifs et de la répartition des forces de notre réseau ; faire remonter des propositions à tous les étages de décisions, des 193 Nations Unies, pour engager sans attendre une actualisation des ODD et prendre en compte des éléments nouveaux survenus depuis le 25 septembre 2015, ou totalement ignorés jusqu’à ce jour. Je pense notamment à l’Objectif 3 « Bonne Santé – Bien-être » qui devrait être complété par les objectifs Covid-19 et variant, et par une approche précise des personnes en situation de handicap, et de celles concernées par l’autisme. Nous devrions être en mesure de présenter quelques propositions avant la fin du mois d’octobre.

Pour la 4ème édition du festival FIER DES ODD, qu’est ce qui est prévu ?

Pour la quatrième édition, il sera question de Cartographier les réalisations de notre réseau, à l’occasion de la troisième édition mais aussi de manière continuelle sur leur territoire ; favoriser, sous forme de Groupement d’Acteurs Solidaires, le rapprochement des différentes OSC de chaque pays, voire même de chaque province ou région, car trop de petites organisations n’ont pu réaliser même un petit événement faute de moyens techniques et financiers, les ressources humaines bénévoles étant pourtant là ; établir collectivement les Termes De Référence de la quatrième édition ; se donner un calendrier de rencontres en ligne pour suivre pas à pas, la préparation de cette prochaine édition qui se déroulera comme cette année du 23 au 25 septembre 2023 ; solliciter sans attendre le soutien des pouvoirs publics ; doubler au moins le nombre d’OSC participantes pour la prochaine édition, et atteindre au moins 50 pays. Obtenir un meilleur soutien des médias, qui devraient se mobiliser comme ils ont su le faire pour nous parler du matin au soir, et du soir au matin de la pandémie Covid-19, l’Agenda 2030 et ses ODD le méritent grandement.

Albert BOMBA

14 réflexions sur “Association Fier des Odd : Bernard Gillet, défenseur des Odd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *