Produits pétroliers – La SCDP sur les traces des contrebandiers

La Société Camerounaise des Dépôts Pétroliers vient de lancer à Ngaoundéré le séminaire annuel des chefs de dépôts de la Société Camerounaise des Dépôts Pétroliers. Il est question d’outiller le personnel de cette entreprise et les autorités administratives en matière de lutte contre les dangers de la manipulation des produits pétroliers.

La région de l’Adamaoua comme les autres régions sœurs du septentrion fait face à l’envahissement du marché par les produits pétroliers de contrebande. Importés des pays voisins, notamment le Nigéria, ces produits sont le plus souvent manipulés par des personnes non qualifiées. Ce qui ne va pas sans conséquences tant sur le tissu économique national, la santé des populations et la survie des moteurs des engins.

Dans la ville de Ngaoundéré, ces produits sont vendus dans les carrefours et les ruelles, utilisant parfois des systèmes que seuls les habitués de ces stations d’un autre genre maitrisent le circuit. Dans ce marché noir du carburant, ce sont généralement les plus jeunes qui se livrent à sa vente, les dépositaires étant à l’ombre.

Commercialisé au soleil dans des bouteilles plastiques, les risques d’accident ne sont pas à écartés. La campagne de lutte contre les dangers liés à la manipulation des produits pétroliers tombe au moment où les autorités administratives au niveau régional ont engagé depuis quelques années déjà une lutte contre cette activité dangereuse. Cette campagne, selon, l’inspecteur des services régionaux de l’Adamaoua, Koué Gaskréo vient réconforter cette lutte. « L’interdiction du stockage de ce produit dangereux dans les domiciles privés cause parfois des incendies dont un récemment dans la ville de Ngaoundéré. La régulation systématique des activités de taxi, de moto-taxi et des camions qui servent généralement des mystères ou des complices aux contrebandiers » déclare l’autorité administrative.

La bataille lancée par la SCDP vise non seulement la sécurisation des recettes de l’Etat, mais également la préservation des vies. « Les pertes financières sont minimes, parce que les plus grosses pertes sont des pertes humaines. Même s’il s’agit d’une seule vie, c’est déjà beaucoup. Nous ne voudrons pas compter uniquement en termes financiers, puisque l’Etat perd beaucoup, à travers des taxes qui ne sont pas payées, mais c’est surtout les pertes humaines qui sont importantes et nous devons pour toutes ces raisons, lutter contre ce phénomène avec toute l’énergie qui est la nôtre »a expliqué Gabriel Eteki Ebokolo, directeur général adjoint de la SCDP.

Au cours des mois à venir, les enceintes de l’entreprise sur l’ensemble du territoire national seront pavoisées aux couleur de la campagne ‘’Je m’engage’’ qui vise à réduire les pratiques de manipulation frauduleuse des produits pétroliers et engager le personnel et toutes les parties prenantes en tant que ambassadeur de la marque SCDP. L’apothéose de ce séminaire ouvert ce jour verra les personnels méritants de l’entreprise épinglés les médailles du travail le 22 octobre prochain.

Jean Besane

1 325 réflexions sur “Produits pétroliers – La SCDP sur les traces des contrebandiers