Gabon, contrôle de la légalité et de la traçabilité du bois une réalité avérée

manutention des grumes

Le Gabon, pays de l’Afrique Centrale, est aujourd’hui classé parmi les meilleurs élèves en matière de gestion efficiente des produits forestiers en l’occurrence le bois issus de sa forêt. Une réalité aujourd’hui palpable à travers divers mécanismes mis sur pied par le ministère des forêts via le système de contrôle de la légalité et de la traçabilité du bois (SCLT) qui a pour principale objectif la préservation des forêts et une meilleure capitalisation de l’essence bois.

la forêt gabonaise

La forêt gabonaise représente 60% du PIB hors hydrocarbure. C’est l’un des principaux piliers de l’économie et pourvoyeur d’emploi avec plus de 27000 postes derrière la fonction publique. Au vue de l’engouement suscité par l’exploitation du bois issu des forêts gabonaise, le ministère en charge des forêts mis sur pied un système qui permet désormais de contrôler la légalité et la traçabilité du bois depuis la forêt jusqu’à la transformation. << En juillet 2021, le ministère en charge des forêts a pris un arrêté qui crée et organise le fonctionnement d’un système de contrôle de la légalité et la traçabilité des bois du Gabon. Il s’agit d’un ensemble de procédure qui vont d’un audit jusqu’à un certain nombre de contrôle pour pouvoir certifier et garantir que le bois qui circule sur le marché du Gabon et sur les marchés internationaux à l’export provient d’une source légale et traçable. Le SCLT-Gabon est placé sous la tutelle du ministère en charge des forêts et des industries du bois, toutefois des organismes tiers peuvent être accrédités par l’administration en charge des forêts et des industries du bois pour exécuter en partie le SCLT-Gabon, sous la tutelle de ladite administration. Le SCLT-Gabon est opérationnalisé par une unité technique d’exécution créée par décision du Ministre.

Dr Ghislain Moussavou Directeur Général des forêts

Lorsqu’un organisme tiers doit exécuter en partie le SCLT-Gabon sous la tutelle de l’administration en charge des forêts et des industries du bois, ladite administration procède au recrutement dudit organisme, soit par appel d’offres, soit de gré à gré, notamment en cas d’appel d’offres infructueux ou en cas d’urgence. Les organismes tiers, chargés de l’exécution en partie du SCLT-Gabon, sont soumis périodiquement ou de manière impromptue, à des audits réalisés par un organisme tiers indépendant recruté sur appel d’offres de l’administration en charge des forêts et des industries du bois. En outre, le SCLT-Gabon est audité chaque année par un organisme tiers indépendant, recruté sur appel d’offres de l’administration en charge des forêts et des industries du bois. Le contrôle de la légalité des bois s’effectue sur l’ensemble des exigences juridiques, administratives, fiscales, environnementales et sociales auxquelles est soumis l’opérateur pour exercer son activité dans le secteur forêt-bois. Le contrôle de la traçabilité s’effectue sur l’ensemble des exigences légales et réglementaires permettant de suivre les différentes étapes de manipulation subies par un produit bois donné Sur l’ensemble de la chaine de valeur. De L’inventaire à la commercialisation, notamment la coupe, le martelage, l’apposition de codes barre ou QR codes, le marquage, le conditionnement, le transport, la transformation et le stockage.

transports du bois grumes

Les exigences relatives à la légalité et à la traçabilité sont documentées dans une liste d’indicateurs et de vérificateurs répertoriés dans des grilles de référence. Les étapes des contrôles de légalité et de traçabilité sont documentées, suivies et contrôlées à travers le système national de traçabilité du bois défini par le ministère en charge des forêts et des industries du bois et basé sur l’utilisation des technologies numériques. Tous les opérateurs de la filière forêt-bois sont soumis au SCLT-Gabon et contribuent à son fonctionnement selon les modalités fixées par le Ministre en charge des forêts et des industries du bois. >> a expliqué le Dr Ghislain Moussavou Directeur des forêts au ministère gabonais des forêts.

zone économique spécial de Nkok

Le secteur privé n’est pas en reste c’est le cas du Tracer Nkok, système de certification et de traçabilité des grumes situé dans la zone économique de Nkok à 27 km de Libreville reconnu par l’union européenne comme une organisation de contrôle dans le régime règlement bois de l’UE.<<Avant l’arrivée de Tracer avec son système de diligence raisonné, ici à la Zone économique de Nkok, il y avait une plus d’une centaine de fournisseurs de grumes dans la zone économique spécial et c’était des fournitures tous azimuts, sans aucun contrôle, et du coup la zone économique était pointé à l’international comme une zone de blanchiment du bois gabonais, donc c’est pour mettre un terme à tout cela que GSEZ a jugé opportun de solliciter les services de FRM et son partenaire brainforest pour le filtrage et la traçabilité des approvisionnements en grumes dans la zone économique de Nkok, d’où ce mécanisme du système de diligence raisonné (SDR).

Séraphin Ngoumbe coordinnateur technique tracer Nkok

Alors tout fournisseur de grumes à la Zone économique de Nkok se fait au préalable évalué suivant le système de diligence raisonné qui est développé par FRM et son partenaire brainforest. Si l’évaluation du fournisseur abouti sur une conclusion de risque négligeable d’illégalité lié à ces approvisionnements en grumes, le Tracer délivre une attestation de diligence raisonné au fournisseur, qui lui permet des lors de fournir des grumes sur la zone économique de Nkok. Cette attestation de SDR est valable pour 12 mois après lesquels nous faisons à nouveau l’évaluation totale du fournisseur pour nous assurer que ce dernier continue de maintenir sa conformité aux règles du système de diligence raisonné. >> a laissé entendre Séraphin Ngoumbe le coordinnateur technique du Tracer à la zone économique de Nkok.

une vue du bâtiment abritant le Tracer de Nkok

Du côté de la société civile, la sécurisation et le suivi de la traçabilité des produits issus des forêts gabonaise est plus qu’un impératif vue la sollicitation du bois gabonais sur le marché international.<<il faut aujourd’hui salué la mise en oeuvre du système de contrôle de la légalité et de la traçabilité du bois gabonais par le ministère   en  charge  des  forêts,  et  également  le  travail  qui  est  effectué par  le  Tracer  dans  la  zone  économique  de  Nkok  à  travers  son  système  de diligence  raisonné  SDR  qui  est  opérationnel  dans  la  zone  économique  de  nkok. En  ce  qui  concerne  le  bois  gabonais  on  peut  sans  se  tromper s’en  réjouir  d’avoir  désormais  une  traçabilité  légale  sur  cette  richesse  nationale chose  qui  n’était  pas  faisable  autrefois.  Mais  il  est  souhaitable  que  ce  système de  traçabilité  aussi  bien  public  que  privé  s’étend  sur  tous  les  autres  produits issus  de  la  forêt  gabonaise  et  que  cela  ne  se  limite  pas  seulement  à  la  Zone économique  de  Nkok  ou  aux  produits  bois.

Yvon martial Ntzanti Miyagou société civile

  Je  profite  de  cette  occasion  pour interpeller  les  pays  du  bassin  du  Congo  donc  le  Gabon  fait  partir  de  s’imprégner du  modèle  mise  en  place  par  les  autorités  gabonaise  en  ce  qui  concerne  le contrôle  et  la  traçabilité  des  ressources  forestières  notamment  le  bois  pour s’affirmer  sur  le  marché  international.  Le  bassin  du  Congo  est  le  deuxième poumon  écologique  du  monde  et  pour  une  meilleure  préservation  de l’environnement,  les  pays  de  la  sous-région  se  doivent  d’emboiter  le  pas  afin de  consolider  la  dynamique  de  la  traçabilité  et  de  contrôle  des  ressources forestières  dans  le  bassin  du  Congo.>> A souhaité Yvon martial Ntzanti Miyagou membre du réseau des organisations de la société civile pour l’économie verte en Afrique centrale.

la forêt gabonaise

Le Gabon abrite une forêt qui s’étend sur un peu plus de 23 millions d’hectares, son économie forestière génère un chiffre d’affaire de 1 milliards de dollars par an. C’est pourquoi dès son accession à la magistrature suprême, le Chef de l’État gabonais Ali Bongo Ondimba avait rapidement pris un arrêté interdisant l’exportation du bois grumes. Dans la foulée, la Zone économique de Nkok construite sur 1126 hectares verra le jour avec une multitude d’entreprise installé avec plus de 27000 emplois créés avec en prime un cluster dédié à la transformation du bois aujourd’hui considéré comme une référence mondiale.

Saint Clair Tepondjou & Boris Ngounou avec le soutien de Rainforest Journalism Fund, et du Pulitzer Center

86 thoughts on “Gabon, contrôle de la légalité et de la traçabilité du bois une réalité avérée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *