Turquie : La contamination de l’eau, de l’air et du sol inquiète

Il n’y a pas eu de pollution importante de l’eau, de l’atmosphère ou du sol dans la région du Grand Athènes, selon l’étude d’évaluation des dommages.

La contamination de l’eau, de l’air et du sol sont plus inquiétantes en Turquie en raison des dommages considérables causés aux infrastructures municipales d’eau potable et de traitement des eaux usées, et aux rejets importants de substances chimiques et toxiques par de grandes installations industrielles. Il n’y a pas eu de pollution importante de l’eau, de l’atmosphère ou du sol dans la région du Grand Athènes, selon l’étude d’évaluation des dommages. Par ailleurs, le système municipal d’approvisionnement en eau et d’assainissement de la région d’Izmit a été touché à des degrés divers. L’étendue des dommages n’est pas encore évaluée, mais l’on s’attend à ce qu’elle soit importante. Les égouts jusqu’à 30 km des zones les plus touchées où on ne voit aucun dommage structurel aux bâtiments ont été endommagés en raison du déplacement horizontal du sol pendant le séisme, estimé à huit mètres. Des fuites éventuelles du système des eaux usées vers le système d’approvisionnement en eau potable et les sources d’eau potable représentaient un risque grave d’épidémies de maladies infectieuses parmi la population.

Les municipalités ont donc interrompu par mesure de précaution l’approvisionnement en eau de toute la zone concernée. De l’eau potable en quantités limitées et des installations sanitaires sont fournies en attendant le rétablissement des services permanents. L’incendie de la raffinerie de pétrole de Tupras, qui a détruit environ 30 000 tonnes de produits pétroliers, a rejeté dans l’atmosphère des produits de combustion et des polluants. Les émissions de dioxyde de soufre, d’oxydes d’azote et de monoxyde de carbone n’ont pas été mesurées, mais peuvent être calculées à partir des quantités de combustibles brûlés. La force des gaz de combustion portés à haute température et les courants atmosphériques ont produit un puissant effet de torche qui a transporté les polluants dans l’atmosphère sur de très longues distances.

Santé humaine

Les éléments polluants transportés par l’atmosphère retombent finalement sur le sol et dans les réserves d’eau douce. La pollution des sols peut entraîner une nouvelle contamination des produits agricoles (y compris les légumes verts), ce qui représente une menace grave pour la santé humaine. En outre, en raison du manque de ressources et d’installations de contrôle, il n’y a pas eu de contrôle systématique de la pollution de l’eau, de l’air et du sol dans la région autour d’Izmit. Etant donné les menaces graves pour la santé publique, le rapporteur souligne la nécessité de reconstruire d’urgence les infrastructures d’eau potable et de traitement des eaux usées dans la zone d’Izmit et de mettre en place des dispositifs de contrôle réguliers de la pollution de l’eau, de l’air et du sol dans toutes les zones touchées par les récents séismes.

E.S.N

Une réflexion sur “<strong>Turquie : La contamination de l’eau, de l’air et du sol inquiète</strong>

  • 5 mars 2023 à 9 h 28 min
    Permalien

    I was looking for another article by chance and found your article majorsite I am writing on this topic, so I think it will help a lot. I leave my blog address below. Please visit once.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *